« LOVE »

Extrait

Prologue
(Musique 1)
(Un homme, de dos, au milieu de la scène, immobile)
Le récitant : Voilà, je pourrais être Lui, je pourrais être cet homme tout comme chacun des hommes sur la terre pourrait l’être mais, je suis le récitant, et c’est tout autant, et c’est déjà le commencement de tout… Voilà, dans un instant, cet homme tournera, lentement, sur lui-même… Enfant, enfant déjà, il courait en lui-même au devant de la source vive qui courait dans le dedans de lui, en une course échevelée, le tenant en nage et vertige. Voilà, dans un instant, depuis tant et tant de temps qu’il marche sur la terre et qu’il cajole le secret espoir de s’envoler un jour, cet homme, hennissant comme un cheval fou, lèvera les bras au ciel et, ses pieds voulant quitter la vie ferme… il fermera les yeux et… le vertige le prendra et… il s’affalera sur une chaise, juste ça, et… voilà tout…
(L’homme tourne lentement trois fois sur lui-même)
La récitante : Tout est dit, n’est-ce pas ? Dans le seul mouvement de cet homme qui tourne et tourne lentement sur lui-même, depuis un bref instant, depuis tant et tant de temps… Pas un seul pas, me direz-vous ou alors seulement ces pas renouvelés toujours dans le même sens et n’en faisant pas même un seul en vérité…
Le récitant : En vérité, c’est peut-être un peu dit trop vite ; Peut-être creuse-t-il un peu ses souvenirs, ses méninges, ses entrailles en ce manège-là… Peut-être… Pour l’heure, il a tourné sur lui-même, il a levé les bras au ciel, il a fermé les yeux, le vertige l’a pris et il s’est affalé…
La récitante : Elle approche… Ah, ceci : je pourrais, oui, je pourrais être Elle, je pourrais être cette femme, tout comme chacune des femmes sur la terre pourrait l’être, mais je suis la récitante, et c’est tout autant, et c’est déjà le commencement de tout… Ceci encore : enfant, enfant déjà, elle courait en elle-même au devant de la source vive qui courait en elle, en une course échevelée, la tenant en nage et vertige… Attention, Elle frappe, à la porte, en cavalière…
(Elle frappe les trois coups)