La Conversation

Argument premier ou exemplaire

 

Vitry-la-Ville : Le Comte, Antoine François Dubois, Comte de Riocour, rentre en son château, harassé et affamé, heureux dirait-on. A la fenêtre du salon, la Comtesse, Madeleine Jeanne Claire Morel, songe. La table n’est pas mise et comme chaque soir, quelque chose a brûlé : bons plats dans la cuisine ou pacotilles dans la cheminée... Le dialogue, badin tout d’abord, prend une singulière solennité, une mélancolie chez Madeleine, une inquiétude chez Antoine. Entre l’horreur, palpable, de la révolution et l’amour, subtil, qui unit les châtelains, entre l’évocation de la coutume du vol du chapon et les mystères de la romance et de la réalité, scintille, ici et là, l’or, précieux, d’une conversation unique et d’une soirée, à plus d’un titre, révolutionnaire...

Bientôt, le Comte cherche quelque chose...

 

 

L’argument second et symbolique

Dans « La conversation ou Les cahiers de doléances », le château est un château semblable à celui de Vitry-la-Ville, le couple de châtelains ressemble comme deux gouttes d’eau à la châtelaine et au châtelain de Vitry-la-Ville, les villageois évoqués sont de tout village possible. Il en est de même pour les grandes cités à la ronde. La conversation chemine et les cahiers de doléances d’hier semblent d’une même actualité que ceux d’aujourd’hui.

Automne 1791, la Terreur sévit et dans un grand nombre de châteaux, au grand alentour de la capitale, celle-ci fait trembler les murs, les corps et les âmes. Cependant, en ces territoires somme toute éloignés du cœur même de la Révolution, les liens entre certains seigneurs et les villageois demeurent particulièrement étroits, affichant même une certaine complémentarité, voire une certaine harmonie. Dès lors, l’histoire de ces grands bourgeois, à l’orée de l’aristocratie, et de ces villageois couvrant un grand panel de métiers les mettant à l’abri de la misère et de l’indignité, non seulement permet la traversée de la grande Révolution sans heurts ni représailles notoires mais autorisent aussi le secours en blé et en autres denrées indispensables de grandes cités autrement touchées par le bouleversement national.

château_vitry_la_ville.JPG

Spectacle disponible en lecture théâtrale